Comment financer une résidence d’artiste

Une résidence d’artiste présentée en contexte professionnel devrait, en plus de proposer des activités de création et de médiation avec le public, offrir une rémunération ou une compensation financière qui fait en sorte que l’artiste n’a pas à débourser de sa poche pour profiter de la résidence.

Une multitude de résidences non-rémunérées sont également proposées à travers le monde, entre autres, sur les excellents réseaux Res-artis, wooloo et Residency Unlimited. Parmi ces résidences, vous en trouverez quelques-unes qui proposent un accueil professionnel (atelier, outils, diffusion) mais qui ne sont pas rémunérées. Ces tâches de financer le voyage, de parfois couvrir le loyer et d’assurer les dépenses journalières reviennent donc à l’artiste.

Références : financement disponible

Les conseil des arts proposent pour la plupart des programmes d’aide qui couvriront, dans le cas de résidences non-financées, les frais de subsistance, de déplacement, de production, d’hébergement et de résidence des artistes professionnels canadiens. Les subventions mentionnées ci-bas feront en sorte que la résidence sera bien moins onéreuse pour l’artiste.

Les artistes du Nouveau-Brunswick consulteront le site internet de ArtsNB pour connaître les programmes de résidences de création avec le Québec et avec le Manitoba. Ce sont des programmes croisés qui permettent la mobilité des artistes dans des contextes professionnels.

Le programme général d’artistes en résidence s’adresse également aux artistes : « Les artistes en résidence doivent contribuer à la promotion et à la compréhension des arts par leur présence auprès de la clientèle de l’établissement hôte. » Ce programme reçoit les demandes d’artistes qui participent à des résidences au Nouveau-Brunswick ou à l’extérieur de leur province.

Les artistes de l’Ontario pourront bénéficier de deux programmes de résidences au Conseil des arts de l’Ontario, soit Résidences d’artistes Ontario-Québec et Résidences nationales et internationales. L’organisation de la résidence avec le Québec revient à l’artiste, mais le CAO « soutient les artistes de l’Ontario qui veulent travailler au Québec pendant une période de un à trois mois. Les subventions couvrent les frais de déplacement, d’hébergement, de subsistance et des assurances personnelles, ainsi que l’achat, le transport et les assurances du matériel nécessaire à la réalisation du projet. »

Dans le cadre du programme de résidences nationales et internationales, le CAO « permet aux artistes de faire des recherches, de se régénérer et de se renouveler tout en leur donnant accès à un nouveau cadre culturel à l’extérieur de l’Ontario et du Québec pendant une période de un à trois mois. Les projets peuvent inclure un plan de travail auprès d’un mentor expérimenté. Les subventions couvrent les frais de déplacement, d’hébergement, de subsistance et des assurances personnelles, mais pas l’achat, le transport et les assurances d’autres personnes ou du matériel nécessaire à la réalisation du projet. »

Les artistes du Manitoba pourront en collaboration avec un organisme sans but lucratif développer une résidence dans la communauté. Cette résidence doit se développer avec une communauté « qui ne pourrait autrement entrer en contact avec les arts ». Également, le CAM propose une subvention pour la Résidence de création Manitoba/Nouveau-Brunswick/Québec. Ce programme découle d’une entente entre les trois provinces et couvre des résidences de création ou de perfectionnement professionnel d’un à trois mois.

Finalement, pour tous les artistes professionnels, le Conseil des arts du Canada propose un programme de résidences internationales qui finance les résidence dans les lieux suivants : La Cité Internationale des Arts (Paris, France), International Studio & Curatorial Program (New York, États-Unis), Künstlerhaus Bethanien (Berlin, Allemagne), SPACE (Londres, Angleterre), Artspace (Woolloomooloo, Australie) et Parramatta Artists Studios (Sydney, Australie).